Aujourd'hui journée plage. Nous nous rendons à une plage à quelques miles aun nord de Kona juste après l'aéroport. Après avoir emprunter un route au milieu des champs de lave façon 4x4 nous nous garons avant de marcher une bonne demi-heure pour rejoindre la plage. Nous nous installons à l'ombre des arbres pour un pique nique face au Pacifique. Nous nous jettons ensuite à l'eau pour trouver un peu de fraîcheur. Nous passons l'après-midi entre le sable et l'océan. Nous quittons la plage car ce soir nous allons à la rencontre des raies manta lors d'une plongée nocturne. Sur le chemin du retour nous croisons un gros phoque qui prend le soleil sur le sable blanc ! énorme. Après unn rapide passage à l'appartement, nous filons avec Hugo à la marina où nous avons rendez-vous pour l'embarquement. Nous sommes accueillis par une gentille hotesse qui nous briffe sur notre soirée. Nous montons à bord pour un rapide trajet le long de la côte. Nous arrivons le long de la digue de l'aéroport et rejoignons une dizaine de bateaux qui sont déjà là. La nuit est tombée et les lumières soumarines éclairent le fond. Nous nous équipons  combi, palmes, masque et tuba pour nous mettre à l'eau et nous acrocher à une planche équipée de deux gros spots. Notre groupe de 8 personnes s'éloigne du bateau sous les consignes de notre accompagnatrice. Nous rejoignons un énorme bloc de spots posé sur le fond à environ 10 mètres de la surface. Des plongeurs avec bouteilles rasent le fond pour former un cercle autour des projecteurs. Nous sommes tous aux agués. Nous nous attendons à voir l'animal sortir de l'obscurité et apparaître à la lumière. Après quelques minutes, notre guide nous dirige en nous éloignant de la zone. Le fond est de moins en moins profond. Quelques poissons gris rasent nos masques mais pas l'ombre d'une raie. Nous continuons notre rond dans l'eau pour revenir au cul de notre bateau. On nous demande de rejoindre l'échelle pour sortir de l'eau. Notre plongée s'achève. Rien, nada, keudal ! Nous sommes tous très déçus. Une fois tout le monde à bord, nous avons le droit au spitch protocolaire "nous sommes désolés mais vous savez, c'est un animal sauvage, on est jamais certain, vous avez pas de bol, on vous propose 50% de remise si vous voulez retenter le coup". Un papa américain demande donc pour le lendemain s'il y a de la dispo mais la capitaine lui conseille d'attendre car "s'il n'y avait pas de planqueton ce soir il n'y en aura pas demain". BAH nous quittons Hawaï lundi ! "Y'aura qu'à revenir" on lui répond. Nous rentrons à la location déçu et avec un sentiment de s'être fait gentiment et joliment enfler. 

IMG_4773

IMG_4777

IMG_4783

IMG_4799

IMG_4851